En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins d’analyse et de statistiques visant à améliorer le contenu du site et votre expérience En savoir plus
Logo color
Toutes les informations pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec (Canada)

Publié le 27 décembre 2017

Provoquer les rencontres pour provoquer sa chance

Prénom : Tiffany Arrivée en : 2017 Pays d'origine : France Statut à l'arrivée : Permis de travail fermé / jeunes pros

Le Canada est un vieux rêve, pour moi. Un projet qui se heurtait à une double réalité. Celle de l'emploi, pour commencer. Depuis 2008, j'étais auto-entrepreneure dans le conseil en gestion administrative pour les entreprises et dans le profilage immobilier. Comme je me le suis fait dire : "une profession trop accessible pour qu'une entreprise canadienne prenne le risque d'un recrutement international". Et puis mon autre réalité : celle d'une jeune maman qui élève seule 3 enfants de 7, 8 et 11 ans. Les deux combinées mettaient une barrière immense à mon projet : ni PVT sac au dos, ni permis d'études qui ne permettrait de travailler qu'à mi-temps. Pas de résidence permanente, non plus : je n'avais pas les fonds. Ma seule option était aussi la plus compliquée : celle du permis de travail fermé.

J'ai organisé un premier voyage d'exploration à Montréal, en mai 2016, autour du Salon de l'immigration et de l'intégration au Québec. 7 jours de rencontres et d'expérience de la réalité du pays : travail, vie quotidienne, éducation... Un voyage qui a conforté mon choix de venir m'y installer avec mes enfants. De retour en France, j'ai enchaîné les salons et, finalement, j'ai préparé un second voyage.

Il y avait un risque à venir à Montréal en plein hiver, en visiteur, avec pour objectif d'en repartir avec une offre d'emploi. Mais c'était ça ou le report du projet, sa mort peut-être. Le programme était simple : événements de réseautage pendant 10 jours. Je les planifiais le matin pour le soir. Eventbrite, Facebook beaucoup. Peu de personnes ne donnaient cher de mon projet mais je n'ai pas baissé les bras.

À 3 jours du départ, une dernière soirée réseau à Brossard. J'y rencontre Sébastien, un courtier immobilier, dont la jeune société de gestion locative et de soutien administratif aux entreprises avait besoin d'un nouveau souffle. Le destin. Nous nous sommes revus le lendemain et après 2h30 d'entretien, il me dit "Ok, je me lance avec toi". Dès mon retour en France, il a géré toutes les démarches avec l'aide de deux personnes que j'avais rencontrées au Salon de l'immigration, à Montréal : une avocate et une consultante en accompagnement à distance des immigrants. En mai, je découvre que Sébastien m'a nommée vice-présidente de la structure ! Fin juillet 2017, notre petite famille arrive à Montréal avec, devant nous, un mois entier pour nous installer et prendre nos marques.

Mon objectif aujourd’hui, c’est d’être vue et de faire voir l'entreprise. Je continue donc de multiplier les événements de réseautage. C'est un vecteur d'ouverture, un moyen tellement génial de rencontrer des gens et de se faire connaître... Là était mon salut et celui de ma famille.

Vous désirez découvrir d’autres témoignages en liens avec le travail au Québec ? Téléchargez notre guide Travailler au Québec.

Auteur : Immigrant Québec

Immigrant Québec informe toutes les personnes désireuses de s’installer au Québec sur l'immigration et la vie dans la Belle Province.

En savoir plus

Autres témoignages

Aac9d94f 5a67 4605 96c9 270f3300fcd8
Après un voyage en été au Québec, puis un autre en hiver, j’ai trouvé un job à Montréal depuis la France. Ce que je recherchais c'était l’aventure et le dépaysement. Je n’ai pas quitté la France parce que j’en étais dégouté, ou frustré, j’y avais une bonne situation et beaucoup d’amis.

Publié le : 26 février 2018

76eec47b 0f73 4478 b355 8122c8912406
J'ai grandi à Yamoussoukro, où j'ai fait toute ma scolarité au lycée français, avant d’aller en France poursuivre mes études universitaires. J’espérais m'y installer définitivement, mais après un master en gestion de patrimoine, j'ai eu du mal à trouver du travail.

Publié le : 23 janvier 2018