Logo color

Toutes les informations pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec (Canada)

Publié le 21 novembre 2016

Quand on veut, on peut !

Prénom : César Épitacio Arrivée en : 2016 Pays d'origine : Mexique Statut à l'arrivée : Permis temporaire ouvert / PVT

César Épitacio est arrivé à Montréal en avril 2016. Jeune étudiant de 23 ans, il a quitté la province d’Oaxaca au Mexique pour venir apprendre l'anglais et, peut-être, s'installer définitivement au Canada. César a grandi dans un petit village de quelques centaines d'habitants. Il est le 7e d'une fratrie de 8 garçons et le seul de sa famille à être allé à l'université. C'est d'ailleurs à l'université qu'il a entendu parler de l'Académie linguistique internationale (ALI). 

L'inscription à l'Académie s'est faite assez facilement et ce ne sont pas les nombreux allers-retours vers la capitale, nécessaires pour le dépôt de sa demande de visa d’étude, qui l'ont découragé. « Le voyage de mon village à la capitale prend environ 15 heures en bus. Mais rien n'est impossible, si on le désire fortement! » Et en effet, rien ne semble impossible pour César qui parle couramment anglais après seulement 7 mois à Montréal. «  Je me demande encore comment j'ai fait pour arriver jusqu'ici, » me confie-t-il en rigolant.  « Je ne parlais pas un seul mot d'anglais quand j'ai posé le pied au Canada. J'avais un changement à faire à l'aéroport de Toronto à cause d'un retard d'avion et pourtant,  j'ai réussi à faire changer mon billet et arriver jusqu'à la bonne porte d'embarquement. Un miracle! » 

Une chose est sûre, César, en plus de faire preuve de grandes capacités d'apprentissage, marche à la motivation personnelle et familiale. Son visa ne lui permettant pas de travailler au Canada, c'est sa famille, restée au Mexique, qui se cotise pour subvenir à ses besoins et payer l'école. Il avoue se sentir très seul par moment, mais il ajoute rapidement : « Ma famille se sacrifie tellement pour que je puisse être ici et étudier. Je leur dois de réussir. » César s’est fait de nombreux amis à l'école, même si beaucoup d'entre eux rentrent dans leur pays une fois leur session terminée.  « J'ai la chance d'avoir rencontré des gens formidables ici, à Montréal, comme à l'Académie. Ils me soutiennent et me conseillent. Ça aide à tenir. » ajoute-t-il, toujours positif. 

César finit ses cours d'anglais à l'ALI en décembre. Ensuite, il espère pouvoir obtenir une prolongation de son visa d'étude pour suivre des cours en comptabilité. « J'ai étudié la comptabilité au Mexique, mais les choses sont différentes ici. Des études me permettraient de mieux comprendre le système et d'y trouver ma place. » Si tout marche comme il le souhaite, César aimerait ensuite devenir résidant permanent du Canada, « En m'installant ici, je contribuerais à la société québécoise et je pourrais également rendre à ma famille l'aide précieuse qu'ils m'ont donnée. » conclue-t-il. 

Propos recueillis par Justine Rastello

Autres témoignages

C03c9668 c91a 494f 80be ea3aa38d197d
Assez rapidement après notre installation à Montréal, l'idée d'ouvrir ma propre entreprise a commencé à me caresser.

Publié le : 08 février 2018

9bcf57f9 73f6 472f a0e9 3d6a40421b8a
C’est pour que nos trois enfants grandissent dans un environnement paisible et non pas violent que ma femme, Vanessa, et moi-même avons quitté Brasilia pour Québec en 2014.

Publié le : 04 janvier 2018