En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins d’analyse et de statistiques visant à améliorer le contenu du site et votre expérience En savoir plus
Logo color
Toutes les informations pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec (Canada)

Publié le 26 février 2014

Le retour aux études pour trouver un emploi durable

Prénom : Sophie Arrivée en : 2007 Pays d'origine : France Statut à l'arrivée : Étudiant

Après une année de découverte au Québec avec un permis Vacances-Travail (PVT), Sophie est revenue dans la Belle Province avec la résidence permanente en poche. Désireuse d'obtenir un emploi durable avec des perspectives intéressantes, Sophie est retournée aux études pour effectuer une reconversion professionnelle  dans le domaine des assurances. Un changement de carrière qui s'est avéré payant !

Je suis une personne qui a toujours eu le goût du voyage, j’ai vécu et travaillé dans plusieurs pays. J’ai découvert le Québec lors d’une précédente expérience aux Antilles où j’ai rencontré des Canadiens qui m’ont beaucoup vanté les mérites de cette province.

Le PVT, un test à grandeur nature

Je suis venu une première fois au Québec en 2007 grâce au permis Vacances-Travail (PVT). J’ai rapidement trouvé un emploi, au bout de 8 jours, à la boulangerie Première Moisson. À la base, j’ai une formation en France en tant que graphiste avec une spécialité dans le tourisme et l’évènementiel, mais je suis quelqu’un de très souple avec des expériences très diversifiées, ce qui est plutôt un atout, en tant que nouvelle arrivante, pour rapidement trouver un emploi. J’ai ensuite continué avec d’autres petits emplois puis, avec la fin de mon PVT, je suis revenue en France. Entre temps, cette année au Québec m’a permis de me rendre compte que c’était un endroit où je souhaitais vivre et j’ai décidé de prolonger l’aventure en effectuant une demande de résidence permanente. Dans ce sens, le PVT est quand même un test à grandeur nature pendant un an pour voir si la vie au Québec nous plait vraiment.

De retour au Québec avec un emploi en poche

En France, j’ai enchainé les missions d’intérims. Puis, dès que j’ai obtenu ma résidence permanente, je suis retournée au Québec avec, en plus, un emploi à la clé ! Il s’agissait d’un emploi d’aide-enseignante dans une école primaire privée. J’ai obtenu ce job depuis la France grâce à l’intermédiaire d’une amie qui connaissait la directrice. Je suis restée deux ans en poste où mon contrat a été plusieurs fois renouvelé. Mais, au bout d’un moment, j’avais besoin de plus de stabilité et je me suis tournée vers la reprise d’études. Pendant 11 mois, j’ai suivi une formation pour travailler dans le domaine des assurances.

Le retour aux études pour une reconversion professionnelle

Pourquoi ce choix ? Déjà, le secteur des assurances est un domaine professionnel porteur au Québec avec de nombreuses opportunités. La preuve : je n’avais pas terminé ma formation que j’avais déjà 3 propositions d’embauche ! Et puis, après m’être confrontée dans le détail avec le monde des assurances après un dégât des eaux au sein de ma copropriété, j’avais déjà développé un intérêt pour ce domaine. Un secteur plutôt méconnu qui n’a pas toujours bonne réputation auprès du grand public, mais qui se révèle au final être très intéressant.

Des métiers en pénurie de main-d’œuvre

Au Québec, il est très simple de trouver un petit boulot dans un magasin ou dans la restauration rapide, mais, pour un emploi durable, il est nécessaire d’avoir des références, un réseau ou un diplôme canadien. C’est pour cela que je conseille le retour aux études et de, surtout, bien choisir son domaine car certains métiers sont en pénurie de main-d’œuvre. Les formations continues sont de courte durée et, en tant que résident permanent, on peut bénéficier de certaines aides financières.

Savoir accepter les différences entre le Québec et son pays d'origine

En tant que nouvel arrivant, il faut rester humble et ne pas critiquer toutes les différences. Il faut accepter que certaines choses au Québec fonctionnent différemment que dans son pays d’origine. Car c’est sûr, tout n’est pas parfait, la France me manque parfois, mais c’est avant tout à nous de nous adapter à ce nouveau pays. Je vois le Canada comme un pays d’avenir, avec de nombreuses opportunités et des projets à réaliser. Je conseillerais aux futurs immigrants de se prévoir un petit coussin de sécurité, au niveau des finances, pour les premiers mois, d’environ 4000 dollars pour le loyer, les transports en commun, le téléphone, les vêtements chauds pour l’hiver… Montréal est aussi une ville où il y a de nombreux étudiants et des immigrants temporaires, on trouve facilement des meubles d’occasion et des bonnes affaires sur des sites internet comme Kijiji

(Si l'image pour télécharger le guide n'apparait pas, pensez à désactiver le module Adblock dans les paramètres de votre navigateur Internet)  Retrouvez d'autres témoignages d'immigrants dans notre guide Immigrer au Québec en téléchargement gratuit !

Autres témoignages

F9001d28 1a26 48ee 943b 275875bfb201
Tout a commencé avec la rencontre d’un beau Québécois lors de vacances en République dominicaine. Après notre mariage en 2005, nous avons vécu à Atlanta, puis à Las Vegas.

Publié le : 25 janvier 2018

5b07a3db 1d62 4fb2 b595 fad7e2e13c0f
Finalement, nous avons tellement aimé Québec et sa région que nous sommes restés. C’est tellement pittoresque et romantique. On a l’impression d’être dans un décor de carte postale ici. Il y a plein de festivals, les gens sont très gentils et on y mange très bien.

Publié le : 13 février 2018