En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins d’analyse et de statistiques visant à améliorer le contenu du site et votre expérience En savoir plus
Logo color
Toutes les informations pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec (Canada)

Publié le 28 novembre 2017

Retour sur les bancs de l’université

Prénom : Michael Arrivée en : 2016 Pays d'origine : Brésil Statut à l'arrivée : Résident permanent

Une meilleure qualité de vie, une plus grande sécurité, des opportunités de travail plus intéressantes, c’est ce que ma femme et moi-même sommes venus chercher au Québec. En effet, l’économie québécoise se porte beaucoup mieux que celle du Brésil, qui traverse une crise.

Comme nous voulons fonder une famille, le bon niveau du système éducatif a également pesé dans la balance.

Après environ quatre ans de procédure, nous avons obtenu notre résidence permanente et avons pu prendre l’avion pour le Québec. Ce temps nous a permis de mettre de l’argent de côté car, un an après notre arrivée, nous ne travaillons pas encore.

Pendant tout le second semestre 2016, nous avons pris des cours de francisation. J’avais étudié le français au Brésil mais le français standard est différent du français québécois. Puis, à partir de janvier, à l’Université Laval, nous avons suivi un programme de préparation à l’examen nécessaire pour être reconnu comme ingénieur au Québec afin de pouvoir exercer dans notre domaine : l’ingénierie civile. Nous avons étudié à temps plein trois matières pendant trois mois. Puis, au printemps, j’ai passé l’examen avec succès et je vais recevoir mon permis d’ingénieur junior cet été.

Avant même de quitter le Brésil, nous étions bien conscients que nous allions devoir passer à travers ce processus. Le Centre R.I.R.E. 2000 à Québec, qui soutient les ingénieurs formés à l’étranger, nous a aidés dans nos démarches.

Heureusement que j’avais un niveau intermédiaire de français dès le départ car parvenir à suivre les cours puis réussir l’examen en ayant une faible maîtrise du français me paraît très compliqué !

Je peux désormais commencer ma recherche d’emploi ! Ces derniers mois, je me suis constitué un petit réseau de contacts. J’ai même déjà décroché une entrevue dans une entreprise.

Malgré les cours, nous avons quand même pu profiter de Québec, dont on apprécie les parcs et la tranquillité.

Parallèlement, nous avons fait du bénévolat auprès de Voice of English-Speaking Québec afin de pratiquer notre anglais et d’aider d’autres nouveaux arrivants comme nous. Nous avons notamment participé à l’organisation d’évènements tels que la Fête de l’Automne  et les Happy Hours. Cela nous a aussi permis de rencontrer du monde. Nous nous sommes faits des amis aussi bien québécois francophones et anglophones que philippins.

En débarquant à Québec, nous avions loué une chambre dans un appartement pour un mois. En trois semaines, nous avons trouvé un logement dans le quartier Montcalm avant de déménager au bout d’un an dans un autre appartement, situé à Sainte-Foy.

Notre premier hiver québécois n’a pas été si pire. Le secret, c’est juste d’avoir de bons manteaux. J’avais déjà passé un hiver dans le Wyoming alors je n’ai pas été dépaysé. Quoique qu’il neige plus ici. Or, je n’aime vraiment pas pelleter !

Ce témoignage est publié en collaboration avec Québec International. Retrouvez toutes les informations et les opportunités professionnelles à Québec et ses environs sur quebecentete.com.

Vous désirez découvrir d’autres témoignages de personne qui se sont installés dans la ville de Québec et ses environs ? Désirez en savoir plus sur la ville et sa région ? Téléchargez notre guide Vivre à Québec et ses environs..

Auteur : Immigrant Québec

Immigrant Québec informe toutes les personnes désireuses de s’installer au Québec sur l'immigration et la vie dans la Belle Province.

En savoir plus

Autres témoignages

71cf2ce5 8fee 46cc 9439 fe5127ae09c6
Dès mon arrivée au Québec, j'ai fait une demande de reconnaissance de mes diplômes auprès du gouvernement avec l'aide d'Emploi-Québec, mais j'ai rapidement compris que cela ne suffirait pas pour trouver un emploi.

Publié le : 31 janvier 2018

Aac9d94f 5a67 4605 96c9 270f3300fcd8
Après un voyage en été au Québec, puis un autre en hiver, j’ai trouvé un job à Montréal depuis la France. Ce que je recherchais c'était l’aventure et le dépaysement. Je n’ai pas quitté la France parce que j’en étais dégouté, ou frustré, j’y avais une bonne situation et beaucoup d’amis.

Publié le : 26 février 2018