En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins d’analyse et de statistiques visant à améliorer le contenu du site et votre expérience En savoir plus
Logo color
Toutes les informations pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec (Canada)

Publié le 10 juillet 2017

La retraite : y penser sans stresser

Prénom : Mohammed Arrivée en : 2012 Pays d'origine : Algérie

Quand il a débarqué au Québec avec sa femme et son fils en 2012, Mohammed* avait 45 ans. À cet âge, bon nombre de Québécois économisent déjà depuis au moins 15 ans sur leur REER. Bien qu’il ait cotisé pendant 25 ans au système de retraite en Algérie, aucune convention n’existe entre son pays d’origine et le Québec en matière de retraite. Au moment voulu, il pourra toucher une pension mais son montant sera probablement modeste en raison de la faiblesse du dinar algérien par rapport au dollar canadien. 

Pourtant, Mohammed ne s’inquiète pas outre mesure pour sa future retraite. « Il me reste environ 15 ans devant moi pour mettre de côté pour ma retraite. Bien sûr, avec ma femme, on fait un effort, mais il n’est pas extraordinaire car nos salaires ne sont pas mirifiques, explique-t-il. Épargner au point de pouvoir conserver le même niveau de vie à notre retraite, c’est irréaliste. On ne va pas quand même se saigner aujourd’hui pour ce qui va se passer dans 15 ans. » * Le nom a été changé 

Retrouvez l'intégralité de l'article en téléchargeant gratuitement le webmagazine "Bien gérer ses finances au Québec".

Autres témoignages

76eec47b 0f73 4478 b355 8122c8912406
J'ai grandi à Yamoussoukro, où j'ai fait toute ma scolarité au lycée français, avant d’aller en France poursuivre mes études universitaires. J’espérais m'y installer définitivement, mais après un master en gestion de patrimoine, j'ai eu du mal à trouver du travail.

Publié le : 23 janvier 2018

Aac9d94f 5a67 4605 96c9 270f3300fcd8
Après un voyage en été au Québec, puis un autre en hiver, j’ai trouvé un job à Montréal depuis la France. Ce que je recherchais c'était l’aventure et le dépaysement. Je n’ai pas quitté la France parce que j’en étais dégouté, ou frustré, j’y avais une bonne situation et beaucoup d’amis.

Publié le : 26 février 2018