En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins d’analyse et de statistiques visant à améliorer le contenu du site et votre expérience En savoir plus
Logo color
Toutes les informations pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec (Canada)

Publié le 09 août 2016

Se faire accompagner dans sa recherche d'emploi

Prénom : Ysimer Arrivée en : 2013 Pays d'origine : République Dominicaine Statut à l'arrivée : Permis de travail fermé / jeunes pros

Avant d’immigrer au Québec, nous avions regardé avec mon mari les régions où nous pourrions trouver facilement du travail. Son domaine du génie informatique était recherché dans tout le Canada et pour moi, en génie industriel c’était davantage le Québec.  En République Dominicaine, nous travaillons pour de grosses entreprises et nous visions le même genre d’entreprises au Québec. Mon mari a trouvé un emploi 10 jours après notre arrivée. Il avait postulé depuis la République Dominicaine pour de nombreux postes et cela a marché. Il s’était beaucoup mieux préparé que moi notamment dans l’apprentissage du français

Le programme Emploi 360, un levier pour ma recherche d’emploi

En attendant de trouver un emploi, j’ai suivi la semaine de formation « Objectif intégration » à la Fondation Ressources-Jeunesse puis un programme d’accompagnement à l’emploi, le programme Emploi 360. D’une durée de trois semaines, ce programme vise à accompagner et aider les personnes en recherche d’emploi dans leur démarche. Il n’est pas seulement destiné aux nouveaux arrivants, mais également aux personnes qui viennent de terminer leurs études. C’était très intéressant, car le groupe de 10 personnes était mixte ; il y avait des Québécois et des immigrants. Pendant trois semaines, tous les jours de 9h à 16h nous avons eu des conseils sur la réalisation du CV, des simulations d’entrevues, …

Faire du bénévolat, une expérience professionnelle à part entière

Pour moi, apprendre le français est la clé de la réussite, mais je ne voulais plus suivre des cours, je voulais pratiquer la langue. J’ai donc demandé à être bénévole à la Fondation Ressources-Jeunesse. On m’avait confié le projet de créer un guide pour les bénévoles de la Fondation. Je m’y rendais 3 jours par semaine à temps partiel pendant un mois. Cela m’a beaucoup aidé pour améliorer mon français, car je devais faire des présentations orales et des rapports écrits.

Diversifier sa recherche

Pour ma recherche d’emploi, je m’étais fixé d’envoyer 10 candidatures par jour. C’était exigeant, car je refaisais à chaque fois mon CV et ma lettre de motivation. J’avais également déposé mon CV sur plusieurs sites en ligne. J’ai ainsi eu un appel d’une agence de recrutement qui avait trouvé mon profil sur le site Monster. J’ai obtenu un poste d’agent logistique chez Bombardier, c’est presque le même poste que celui que j’exerçais en République Dominicaine. Je suis restée un peu plus d’un an chez eux puis j’ai voulu changer et j’ai démissionné.

Une candidature idéale

Ma recherche d’emploi était par la suite plus facile, je savais comment cela fonctionnait et j’avais des objectifs très précis. J’ai aimé travailler chez Bombardier. C’était une très belle expérience professionnelle et l’équipe de travail était formidable. Je voulais tenter autre chose. J’ai postulé pour un emploi de planificatrice d’inventaire pour Bell Canada. Je pense que j’ai présenté ma meilleure candidature. J’avais préparé un document PowerPoint présentant tous mes travaux en lien avec le poste et je l’avais joint à ma candidature. J’avais également obtenu une lettre de recommandation de mes anciens employeurs et de la Fondation Ressources-Jeunesse. J’ai passé tous mes entretiens en anglais, car le poste se faisait à distance et avec des partenaires à Toronto et Québec. Il faut être parfaitement bilingue. Cela a marché, j’ai obtenu le poste et j’aime beaucoup ce que je fais. Mon expérience de travail au Québec est une vraie réussite. J’ai accompli les rêves que je m’étais fixés à mon arrivée : travailler dans les avions dans un pays qui en produit et dans la plus grosse entreprise de télécommunication. Je pense que c’est très important avant de venir de bien connaître le marché de l’emploi de la région dans laquelle tu t’installes et de se fixer des objectifs.  

Autres témoignages

158112a2 94a9 4a45 ba77 3a3af924cf38
Je m’appelle Éma Gingras. J’ai 22 ans et je suis originaire de Nantes en France. Je suis arrivée au Québec au mois de janvier 2017 dans le froid et la neige, en laissant derrière moi parents, conjoint et amis.

Publié le : 16 mars 2018

76eec47b 0f73 4478 b355 8122c8912406
J'ai grandi à Yamoussoukro, où j'ai fait toute ma scolarité au lycée français, avant d’aller en France poursuivre mes études universitaires. J’espérais m'y installer définitivement, mais après un master en gestion de patrimoine, j'ai eu du mal à trouver du travail.

Publié le : 23 janvier 2018