Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Logo color
Toutes les informations pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec (Canada)

Publié le 25 juin 2017

S’habituer à un autre mode de fonctionnement

Prénom : Julie et Fabrice Arrivée en : 2012 Pays d'origine : France

L’aventure, c’est ce que sont venus chercher Julie et Fabrice en quittant la France pour venir s’installer au Québec, il y a cinq ans. S’ils s’attendaient à devoir s’accoutumer à un hiver bien moins clément que celui du sud de la France, ils s’imaginaient moins à être dépaysés sur le plan des finances personnelles. 

« Ici, dépenser rapporte de l’argent par l’intermédiaire des points et des cartes de crédit avec remise argent, s’étonne encore Julie, qui a grandi dans une culture valorisant fortement l’épargne. Par contre, si tu veux mettre de côté, les taux d’intérêt sont ridiculement bas. » Ce couple de trentenaires ne sait pas encore s’il repartira un jour vivre en France. 

Mais, il a décidé de ne pas laisser cette incertitude l’empêcher de devenir propriétaire à Montréal, où ils recherchent un bien. . « On se dit qu’on verra bien quelles seront nos envies dans cinq ans, explique Fabrice. Si on s’en va, on pourra toujours revendre ou louer. » 

Retrouvez l'intégralité de l'article en téléchargeant gratuitement le webmagazine "Bien gérer ses finances au Québec".

Autres témoignages

Aac9d94f 5a67 4605 96c9 270f3300fcd8
Après un voyage en été au Québec, puis un autre en hiver, j’ai trouvé un job à Montréal depuis la France. Ce que je recherchais c'était l’aventure et le dépaysement. Je n’ai pas quitté la France parce que j’en étais dégouté, ou frustré, j’y avais une bonne situation et beaucoup d’amis.

Publié le : 26 février 2018

76eec47b 0f73 4478 b355 8122c8912406
J'ai grandi à Yamoussoukro, où j'ai fait toute ma scolarité au lycée français, avant d’aller en France poursuivre mes études universitaires. J’espérais m'y installer définitivement, mais après un master en gestion de patrimoine, j'ai eu du mal à trouver du travail.

Publié le : 23 janvier 2018