Votre média pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec, Canada

Sherbrooke : une meilleure opportunité d’emploi en région

Publié le 14 août 2016
Prénom : Omar
Arrivée en : 2015
Pays d'origine : Tunisie
Statut à l'arrivée : Résident permanent

27 mars 2015. Omar et sa famille atterrissent à Montréal. Omar rêvait de s’installer au Canada depuis des années. « Je voulais assurer l’avenir de mes enfants. » 

Dès leur arrivée, la famille s’installe à Montréal. « On a trouvé facilement un appartement, j’avais un ami qui s’est porté garant. » 

La suite, elle, est moins simple. « J’ai postulé à droite et à gauche pour trouver du travail, mais j’échouais sans arrêt » Omar intègre finalement un centre d’appel « C’était loin d’être à la hauteur de mes ambitions, mais je devais assurer un minimum d’entrée d’argent ». 

Et puis Omar rencontre « PROMIS », un organisme montréalais qui oriente les immigrants en région. La conseillère étudie son dossier : êtes-vous prêt à travailler en région ? Omar indique «J’avais fait 60 000 kilomètres pour arriver au Canada. Ce n’est pas 100 kilomètres de plus qui allaient me faire peur ! » 

Omar passe alors un entretien dans une entreprise informatique à Sherbrooke, en Estrie. « C’était mon univers. Exactement ce que je recherchais. J’ai réussi l’entretien et puis tout est allé très vite ». 

En octobre 2015, Omar est embauché comme développeur analyste dans l’entreprise. La famille quitte Montréal et s’installe à Sherbrooke King Ouest. « On habite un quartier paisible. Ici tout est accessible et on fait tout à pied. Le monde se connaît et les voisins sont devenus nos amis. Et puis la vie est moins chère en région. Pour quelqu’un qui recommence à zéro, le budget, c’est une priorité. » 

Retrouvez la suite de l’article en téléchargeant gratuitement le dossier  » Vivre en région au Québec ».

Immigrant Québec informe toutes les personnes désireuses de s’installer au Québec sur l'immigration et la vie dans la Belle Province.
En savoir plus
Autres témoignages
Une nostalgie récurrente

Après un voyage en été au Québec, puis un autre en hiver, j’ai trouvé un job à Montréal depuis la France. Ce que je recherchais c'était l’aventure et le dépaysement. Je n’ai pas quitté la France parce que j’en étais dégouté, ou frustré, j’y avais une bonne situation et beaucoup d’amis.

« L'insécurité de l'emploi et l'éloignement familial nous ont fait envisager le retour. »

L’insécurité de l’emploi, le manque de revenus suffisants pour cotiser à un régime de retraite privé ainsi que l'éloignement familial nous ont fait envisager un retour en France.