Logo color

Toutes les informations pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec (Canada)

Publié le 24 février 2016

Suivi au public ou suivi au privé ?

Prénom : Delphine et Clément Arrivée en : 2012 Pays d'origine : France

Suivi au public ou suivi au privé ?

Ce n’est qu’après la naissance de leur fils que Delphine et Clément ont saisi les rouages du système de santé public québécois. À 12 jours, Gaspard a montré des signes d’hypotonie, un manque de tonus musculaire. La pédiatre de l’hôpital Sainte-Justine a décidé de le revoir. L’hypotonie confirmée, elle a continué de suivre l’enfant qui a pu, en parallèle, garder son médecin de famille.

 Après des heures passées auprès de nombreux spécialistes, le couple a constaté que le système public et le système privé étaient très cloisonnés. « Soit nous sommes à l’hôpital et nous ne décidons ni du médecin, ni de la date du rendez-vous, soit nous sommes dans le privé et cela revient cher, car les assurances privées ne remboursent que 500 $ CAN par an, par spécialiste, l’équivalent de cinq visites » dit Delphine. 

Une fois par semaine, Gaspard avait un suivi en physiothérapie à l’hôpital. Pour compléter son traitement, ses parents ont fait appel à un autre physiothérapeute dans le privé. Le couple espère obtenir des crédits d’impôt pour les frais médicaux non remboursés lors de leur prochaine déclaration. Durant leur congé parental, ils sont retournés en France. Mais avant, il fallait s’assurer que Gaspard ait une assurance. 

Ils ont alors découvert à l’intérieur de la convention France-Québec que des soins de santé nécessitant un suivi pouvaient être pris en charge des deux côtés de l’océan. « Cela venait combler un trou,car les assurances voyage ne couvrent pas dès que la condition de santé est préexistante au séjour », dit Clément. 

Propos recueillis par Anne-Laure Jeanson Retrouvez d'autres témoignages d'immigrants sur la santé en téléchargeant gratuitement le dossier "Le système de santé et les assurances au Québec"

Autres témoignages

F2f33d1b 9daa 43f1 a703 e0c368cdef29
Le Canada est un vieux rêve, pour moi. Un projet qui se heurtait à une double réalité. Celle de l'emploi, pour commencer. Depuis 2008, j'étais auto-entrepreneure dans le conseil en gestion administrative pour les entreprises et dans le profilage immobilier.

Publié le : 27 décembre 2017

76eec47b 0f73 4478 b355 8122c8912406
J'ai grandi à Yamoussoukro, où j'ai fait toute ma scolarité au lycée français, avant d’aller en France poursuivre mes études universitaires. J’espérais m'y installer définitivement, mais après un master en gestion de patrimoine, j'ai eu du mal à trouver du travail.

Publié le : 23 janvier 2018

Publicité
Publicité
Publicité