En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins d’analyse et de statistiques visant à améliorer le contenu du site et votre expérience En savoir plus
Logo color
Toutes les informations pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec (Canada)

Publié le 01 juin 2016

Trouver un emploi en région

Prénom : Anis Arrivée en : 2014 Pays d'origine : Tunisie Statut à l'arrivée : Permis de travail fermé / jeunes pros

À Tunis, j’ai travaillé comme consultant en TI dans des entreprises multinationales. Cet environnement de travail m’a ouvert sur les opportunités à l’international. Avant de venir au Québec, je m’étais renseigné sur le marché du travail. Je m’étais rendu aux Journées Québec à Paris où j’avais rencontré des recruteurs et cela m’avait permis de voir quels étaient les profils demandés. J’ai également suivi le service d’intégration en ligne (SIEL) offert par le ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion (MIDI). C’est une formation à distance qui donne des outils sur la recherche d’emploi, le marché du travail, etc.,  afin de faciliter l’intégration une fois sur place. Il y a même un service d’accompagnement en ligne qui permet de réaliser des entrevues virtuelles.

Bénéficier de l’aide d’un conseiller

Je suis venu au début au Québec seul pendant trois mois afin de préparer la venue de ma famille. J’étais un peu perdu et je me demandais chaque jour si c’était bien la bonne décision d’immigrer ici. Petit à petit j’ai trouvé mes repaires et mes doutes s’en allaient. Quand je suis arrivé, j’ai été orienté vers les services de l’ALPA car c’était l’organisme en employabilité le plus proche de chez moi. Mon premier rendez-vous avec une conseillère en emploi m’a donné confiance et m’a beaucoup aidé sur les démarches à entreprendre et la mise en contexte. J’ai également suivi avec l’ALPA une formation de 7 jours de simulations d’entrevues. Pour moi c’était l’occasion de parler, de réseauter et de rencontrer de nouvelles personnes. J’ai apprécié cette semaine de formation, j’avais développé davantage de facilité pour m’exprimer lors des entrevues.

Ma priorité : trouver un emploi

L’ALPA organise des sessions d’information sur chaque région du Québec et cela m’a permis d’en apprendre d’avantages sur les spécificités et les atouts de s’installer dans chaque région ainsi que les opportunités d’emplois offertes selon le domaine. C’est dans le cadre de ce programme de régionalisation que ma conseillère ALPA m’a orienté vers la foire de l’emploi qui avait lieu dans la ville de Québec. J’étais très intéressé. Les aspects de transport et l’organisation de notre journée à la foire étaient prises en charge par ALPA jusqu’au retour à Montréal. Sur place, c’est leservice d’orientation et d’intégration des immigrants au travail (SOIT)qui a pris le relai. J’ai obtenu des contacts avec des professionnels qui recrutaient dans mon domaine. De retour à la ville de Québec une fois les entretiens décrochés, ma conseillère au SOIT a coordonné le suivi des entretiens auprès des employeurs et me fournissait les conseils nécessaires au fur et à mesure. C’est ainsi que j’ai obtenu mon premier poste comme architecte en informatique (ou conseiller en technologie de l’information), poste que j’occupe toujours actuellement. M’installer en région ne me posait aucun problème. Ma priorité était de trouver un emploi. Nous apprécions beaucoup aujourd’hui la qualité de vie en famille à Québec. Il y a plusieurs chemins qui peuvent nous mener vers notre objectif, Il faut s’armer de patience, de persévérance et être proactif pour stimuler les chances de réussites.

Des formations reconnues à l’international

Il faut savoir que dans mon domaine, certaines certifications sont reconnues à l’international. Pour les personnes qui souhaitent immigrer, cela est très intéressant de les obtenir, car c’est un vrai plus une fois sur place. Pour moi, c’est ce qui m’aidé à décrocher mon emploi. Il faut également se renseigner sur les profils demandés. En technologie de l’information, on demande beaucoup de spécialisation contrairement à d’autres pays où il faut être polyvalent. Il faut le savoir, car c’est important quand vous envoyez votre CV d’adapter son contenu et de faire ressortir ces spécialisations en fonction du profil recherché.  

Autres témoignages

5b07a3db 1d62 4fb2 b595 fad7e2e13c0f
Finalement, nous avons tellement aimé Québec et sa région que nous sommes restés. C’est tellement pittoresque et romantique. On a l’impression d’être dans un décor de carte postale ici. Il y a plein de festivals, les gens sont très gentils et on y mange très bien.

Publié le : 13 février 2018

F9001d28 1a26 48ee 943b 275875bfb201
Tout a commencé avec la rencontre d’un beau Québécois lors de vacances en République dominicaine. Après notre mariage en 2005, nous avons vécu à Atlanta, puis à Las Vegas.

Publié le : 25 janvier 2018