En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins d’analyse et de statistiques visant à améliorer le contenu du site et votre expérience En savoir plus
Logo color
Toutes les informations pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec (Canada)

Publié le 09 juillet 2012

Un emploi dans les TIC, un secteur en forte demande de main-d’œuvre

Prénom : Ariel Pérez Arrivée en : 2010 Pays d'origine : Cuba Statut à l'arrivée : Permis de travail fermé / jeunes pros

Je suis arrivé au Québec en juillet 2010, avec ma femme et mon fils, comme résident permanent, avec l’intention d’améliorer notre qualité de vie et l’avenir de notre enfant. Pour ma recherche d'emploi, le réseau a été la clé d'accès. À mon arrivée, une connaissance m'a introduit auprès d'une personne qui travaillait dans une petite entreprise à la recherche d'un informaticien. C'est par ce biais que j'ai décroché ma première entrevue d’embauche et mon premier contrat de travail au Québec. Le fait que le secteur des TIC soit en forte demande de main-d'oeuvre m'a aidé à trouver une job dans mon domaine tout de suite. Dans cet emploi, les langues utilisées étaient le français et l'anglais, la dernière étant la plus courante. J'ai beaucoup écouté et observé pour me familiariser avec le travail « à la canadienne ». 

Changer de travail : s'ouvrir aux nouvelles opportunités 

Après dix mois de travail et fort de ma « première expérience canadienne », j’ai décidé d’aller chercher un autre emploi avec des perspectives d'évolution et un meilleur salaire. À Cuba, je travaillais dans une entreprise de développement de logiciel en tant que développeur. Je voulais trouver un type de travail similaire. J’ai déposé mon CV dans deux ou trois sites spécialisés sur Internet et j’ai confié mon CV à plusieurs personnes de mon réseau de contacts. Après quatre entretiens d’embauche et autant de candidatures non retenues, et après deux mois de recherche, j’ai finalement trouvé l’emploi désiré dans le département informatique d'une entreprise française. Dans ce nouvel emploi, la langue unique utilisée est le français. Le fait que je puisse montrer des réalisations de mon précédent travail a été convaincant pour mon nouvel employeur. L'intégration a été plus facile car je travaille dans une équipe multiculturelle avec des collègues originaires d'Afrique, d'Amérique du Sud, d'Amérique Centrale, d'Asie, de France et du Québec. 

Préparer son entrevue d'embauche : une véritable épreuve 

Le plus difficile pour moi a été le manque d’expérience pour faire face aux entrevues d’embauche. Je l'ai vécu comme une véritable épreuve et je conseillerais à tous de vraiment préparer ces entretiens, et d'être prêt à affronter des questions inattendues. Il faut acquérir un savoir-faire et travailler sur la façon de s’adresser au recruteur. Ces éléments sont décisifs pour que votre candidature soit retenue. Une des conseillères en ressources humaines avec laquelle j'ai passé une entrevue m’a dit : « Vendez-vous, monsieur ». Il faut travailler sur la confiance en soi ! 

Mes conseils 

Parler le français est un facteur indispensable. Profitez du temps que vous avez dans votre pays d’origine pour étudier avant d’arriver ici. Éviter, si possible, de s’engager dans un « travail de survivance ». Prendre n'importe quel travail permettant d’avoir son gagne-pain peut vous faire dévier de la route. Un ou deux ans après, vous risquez de tout commencer à zéro et personne ne vous prendra en considération si vous n'avez pas exercé votre profession pendant longtemps. 

Ne cessez pas votre recherche des nouveaux emplois et d’un meilleur avenir professionnel. Continuez à chercher et à essayer de trouver ce qui vous convient, la place où vous vous sentirez bien accueilli et bien avec vous-même. La recherche d’emploi par Internet est peut-être l’outil le plus utilisé pour les chercheurs d’emploi (Jobboom, Workpolis, etc…), mais ce n’est pas le seule à votre disposition. Dès que vous arrivez, profitez des personnes que vous connaissez et commencez à former votre réseau de contacts (réseautage). Soyez ouvert à apprendre en tout temps, à se réinventer. L’immigration est pour les gens courageux. Il faut avoir plus que de la chance pour bien s’adapter aux nouveaux environnements. L'apprentissage est quotidien. Courage ! Il va vous en falloir!

Autres témoignages

73357ea7 0da7 41d7 ba7c bfc095b193a2
L’insécurité de l’emploi, le manque de revenus suffisants pour cotiser à un régime de retraite privé ainsi que l'éloignement familial nous ont fait envisager un retour en France.

Publié le : 20 avril 2018

C03c9668 c91a 494f 80be ea3aa38d197d
Assez rapidement après notre installation à Montréal, l'idée d'ouvrir ma propre entreprise a commencé à me caresser.

Publié le : 08 février 2018