Logo color

Toutes les informations pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec (Canada)

Publié le 31 janvier 2018

Un emploi permanent après deux semaines de stage

Prénom : Hayat Arrivée en : 2010 Pays d'origine : Maroc Statut à l'arrivée : Résident permanent

Je suis arrivée à La Pocatière pour rejoindre mon mari. J'avais alors une trentaine d'années.

Au Maroc, j'avais fait des études en marketing et action commerciale et travaillé dans ce domaine pendant 8 ans. Dès mon arrivée au Québec, j'ai fait une demande de reconnaissance de mes diplômes auprès du gouvernement avec l'aide d'Emploi-Québec, mais j'ai rapidement compris que cela ne suffirait pas pour trouver un emploi.

C'est ainsi qu'un an après mon arrivée, j'ai repris des études au Cégep de La Pocatière, qui est connu pour ses programmes de formation continue pour les adultes. Une formation de dix mois couronnée d'une Attestation d'études collégiales (AEC) en Bureautique, comptabilité et anglais des affaires.

Cette formation a été assez exigeante pour moi, surtout que j'avais besoin d'améliorer considérablement mon niveau de Français écrit. Heureusement, un enseignant du Cégep m'a gentiment donné de son temps pour m'aider à rattraper mes lacunes.

La dernière étape de l'AEC consistait en un stage d'un mois en entreprise, effectué au sein de l'entreprise Technologies Axion à La Pocatière. Au bout de deux semaines de stage, le directeur du département des Achats m'a offert un emploi permanent en tant que commis aux achats.

J'étais très contente. Le seul souci, c'est que j'avais déjà acheté mon billet d'avion pour partir voir ma famille au Maroc à la fin de mon stage. J'ai décidé d'expliquer la situation à mon directeur et il a répondu de manière très positive. J'ai pu partir et commencer mon nouvel emploi à mon retour.

Cela fera bientôt 6 ans que je suis employée de cette entreprise.

Depuis un an, je suis approvisionneur aux achats. Une évolution que j'ai négociée avant mon départ en congé maternité. J'avais fait mes preuves comme commis pendant quatre ans et je savais que je voulais de l'évolution à mon retour. Encore une fois, mon directeur a répondu favorablement à ma demande. Aujourd'hui, j'aimerais pouvoir prendre des cours d'anglais. Je me débrouille, mais j'aimerais devenir bilingue afin d'évoluer davantage dans l'import-export.

Même si mon AEC en Bureautique n'avait rien à voir avec les études que j'avais faites au Maroc, elle m'a ouvert les portes du marché de l'emploi. Mon immigration m'a demandé de tout recommencer à zéro de mon permis de conduire à mes études, mais j'ai eu la chance de pouvoir compter sur le soutien de mon mari et l'accompagnement des étudiants et du personnel du Cégep de La Pocatière.

Vous désirez découvrir d’autres témoignages en liens avec le travail au Québec ? Téléchargez notre guide Travailler au Québec.

Auteur : Immigrant Québec

Immigrant Québec informe toutes les personnes désireuses de s’installer au Québec sur l'immigration et la vie dans la Belle Province.

En savoir plus

Autres témoignages

F9001d28 1a26 48ee 943b 275875bfb201
Tout a commencé avec la rencontre d’un beau Québécois lors de vacances en République dominicaine. Après notre mariage en 2005, nous avons vécu à Atlanta, puis à Las Vegas.

Publié le : 25 janvier 2018

F2f33d1b 9daa 43f1 a703 e0c368cdef29
Le Canada est un vieux rêve, pour moi. Un projet qui se heurtait à une double réalité. Celle de l'emploi, pour commencer. Depuis 2008, j'étais auto-entrepreneure dans le conseil en gestion administrative pour les entreprises et dans le profilage immobilier.

Publié le : 27 décembre 2017

Publicité
Publicité
Publicité