Logo color

Toutes les informations pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec (Canada)

Publié le 14 juin 2017

Une doctorante ravie

Prénom : Karima Arrivée en : 2016 Pays d'origine : France Statut à l'arrivée : Permis temporaire ouvert / PVT

Mon mari et moi avons posé nos valises à Québec en août 2016 afin que je puisse poursuivre un doctorat en médecine moléculaire. Concrètement, je travaille à améliorer des combinaisons de molécules médicamenteuses contre le cancer, par exemple. Le domaine de la recherche scientifique étant bouché en France, j’ai décidé de venir au Québec, car les opportunités de faire un doctorat et de continuer à effectuer de la recherche après y sont plus nombreuses. 

J’ai choisi l’Université Laval, car elle accueille beaucoup d’étudiants l’été et les possibilités d’enseigner sont donc plus grandes qu’ailleurs. Au départ, je rechignais un peu à l’idée de devoir suivre des cours théoriques, car en France, les doctorants ne font que de la recherche. Mais les cours sont tellement bien faits et complètent si justement mes recherches que cela rend la formation agréable. J’étais habituée à assister à des cours regroupant 150 personnes. Là, nous ne sommes que dix. 

Ici, les professeurs sont très accessibles. À la fin des cours, ils sont prêts à rester le temps qu’il faut pour répondre aux questions. Idem si on leur envoie des courriels pendant le week-end. Ils répondent le lendemain! Au niveau des conditions de recherche, c’est le jour et la nuit par rapport à la France. C’est beaucoup plus facile d’acheter le matériel nécessaire. Du coup, mes recherches avancent nettement plus vite. 

J’ai pu profiter du système de parrainage entre étudiants de l’Université Laval. Ma marraine m’a tout expliqué : associations étudiantes, vie culturelle, sorties… Elle est même devenue une très bonne amie. 

En résumé, je suis ravie de mon choix d'étudier à Québec! 

Ce témoignage est publié en collaboration avec Québec International. Retrouvez toutes les informations et les opportunités professionnelles à Québec et ses environs sur quebecentete.com.


Autres témoignages

L’attrait pour l’inconnu et l’envie de découvrir autre chose, c’est ce qui m’a poussée à quitter le Brésil. Initialement, je ne parlais pas français, mais j’ai tout de même choisi le Québec, car cette province me permettait d’immigrer par la grande porte, et non clandestinement comme c’est souvent le cas pour ceux qui veulent s’établir aux États-Unis.

Publié le : 17 octobre 2017

Après un baccalauréat scientifique et une formation intensive, j'ai eu très envie de découvrir de nouveaux horizons.

Publié le : 16 juillet 2017

Publicité
Publicité
Publicité