Votre média pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec, Canada

Vivre un détachement à l'étranger lorsqu'on est immigrant au Québec

Publié le 10 janvier 2018
Prénom : Jorge
Arrivée en : 2011
Pays d'origine : Mexique
Statut à l'arrivée : Résident permanent

Je venais de finir un projet à Montréal quand je me suis fait contacter par mon employeur actuel, une entreprise québécoise spécialisée dans le domaine de l'assurance. Cette entreprise recherchait une personne mobile, qui pourrait être amenée à effectuer des mandats en Europe. Comme je n'étais pas encore trop enraciné au Québec et ouvert à l'idée d'élargir mes horizons, j'ai finalement accepté le poste. Voilà un an que je suis "expatrié" d'un premier pays d'accueil, le Québec, dans un second, la Belgique.

Le processus de détachement s'est bien passé, notamment grâce à mon employeur qui m'a accompagné dans toutes les démarches. C'est surtout mon statut qui m'avait fait douter : je ne suis pas citoyen canadien. Mais on m'a rassuré sur le fait que ma résidence permanente n'était pas menacée, car je reste employé d'une entreprise canadienne. En tant que Mexicain, la résidence canadienne m'a d'ailleurs permis de bénéficier des accords entre le Québec et la Belgique. Un grand facteur de sécurité, même si je continue à m'y perdre en fiscalité et autres assurances !

L'expérience a été un peu traumatisante au niveau personnel. L'éloignement, encore, avec la famille et les proches au Mexique ; avec les amis canadiens. Le sentiment de redémarrer sa vie sociale de zéro... Mais elle est aussi tellement enrichissante ! Elle me permet de connaître un autre côté de la francophonie, en compagnie de mes nouveaux collègues québécois expatriés. Elle me permet aussi de voir l'Europe selon une double perspective canadienne et mexicaine. Une de ces choses qui vous font réaliser qu'on est finalement tous citoyens du monde. Même si, étrangement, cette expérience enrichit aussi ma vision du Québec dans une perspective internationale.

Vous désirez découvrir d’autres témoignages en liens avec le travail au Québec ? Téléchargez notre guide Travailler au Québec.

Auteur : Fanny Bourel
Autres témoignages
Quand une escale se prolonge

Finalement, nous avons tellement aimé Québec et sa région que nous sommes restés. C’est tellement pittoresque et romantique. On a l’impression d’être dans un décor de carte postale ici. Il y a plein de festivals, les gens sont très gentils et on y mange très bien.

« L'insécurité de l'emploi et l'éloignement familial nous ont fait envisager le retour. »

L’insécurité de l’emploi, le manque de revenus suffisants pour cotiser à un régime de retraite privé ainsi que l'éloignement familial nous ont fait envisager un retour en France.