Votre média pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec, Canada

Témoignages

Nous habitions en Suisse lorsque mon mari, professeur d'ingénierie et architecte, a obtenu un poste à l’Université Laval à Québec.
Voilà six ans que Yajaira a posé ses valises au Québec.
Talia est née loin du Québec, en Égypte, à Alexandrie. Ses parents ont émigré à Laval alors qu’elle était âgée de 8 ans.
Ne dis pas que tu t’appelles Hallmona, hein, dis un nom québécois ».
J'adore les langues et dans le choix de venir Québec, il y avait le désir d'apprendre une nouvelle langue.
Les parents d’Olena sont arrivés d’Ukraine enfants, ils n’avaient que 3 et 5 ans.
Après un détour par la France, Carla s’est installée à Montréal en 2009. L’année suivante, elle y a donné naissance à sa fille, Clara.
Depuis mes 14 ans, je rêvais de venir étudier au Québec. À la fin de ma dernière année de secondaire, j’ai entamé les démarches pour y suivre une formation professionnelle.
Je suis arrivé dans la ville de Québec en 2009 avec mes frères pour rejoindre mon père qui habitait déjà là-bas.
J’ai donc choisi la formation à distance et je me suis inscrit à la TÉLUQ, une université à distance.
En janvier 2013, Guilhem, diplômé ingénieur, se rend pour la toute première fois au Québec avec sa compagne Marlène.
César Épaticio est arrivé à Montréal en avril 2016. Jeune étudiant de 23 ans, il a quitté la province d’Oaxaca au Mexique pour venir apprendre l'anglais
Après un mois de recherche, j’ai finalement accepté son offre et je suis parti suivre un DEP en mécanique automobile en Abitibi-Témiscamingue.
Je suis arrivée à Montréal à l’âge de 15 ans pour suivre un bac français (équivalent du DEC au Québec) au collège Marie de France.
Nous avons immigré au Québec les « yeux fermés », sans parler français et sans aucun préparatif en amont.
Le fait que nous étions francophones et que nos enfants auraient la possibilité d’être bilingues nous a fait choisir le Québec.
Sophie et Julien ont toujours su qu’ils vivraient un jour à l’étranger. En juillet 2013 le couple part en repérage à Montréal.
J’occupais un poste de secrétaire médicale et je souhaitais faire la même chose au Québec.
Chef d’entreprise d’une agence de webmarketing en France depuis 5 ans, le projet de développer notre entreprise à l’international.
En Algérie, j’étais à mon compte comme architecte depuis 10 ans quand nous avons décidé de venir nous installer au Québec avec ma femme et mes deux enfants.
Laurette est arrivée au Québec en juin 2011. En 2015, elle envisage avec Étienne, son conjoint, d’acheter un premier bien immobilier.
J’avais fait 60 000 kilomètres pour arriver au Canada. Ce n’est pas 100 kilomètres de plus qui allaient me faire peur !
Avant d’immigrer au Québec, nous avions regardé avec mon mari les régions où nous pourrions trouver facilement du travail.
À la recherche d’une vie meilleure pour mes enfants et sans réelles perspectives en Algérie, nous avons décidé d’immigrer au Québec avec ma femme.
En France, j’étais journaliste depuis 10 ans et je faisais également des piges.
Durant 11 ans, j’ai travaillé comme enseignante dans des écoles primaires au Pérou.
Depuis 15 ans, je travaillais au Venezuela dans le domaine du marketing. La situation politique et économique du pays m’a poussée à immigrer au Québec.
Je suis venu pour la première fois à l’hiver 2013 et je me suis aperçu que l’anglais occupait une place très importante dans le monde professionnel.
Venir au Québec était un rêve de longue date.
Après avoir terminé ma licence en gestion en Italie, je souhaitais obtenir une expérience de travail à l’international et en même temps découvrir une autre culture.