Votre média pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec, Canada

Apprendre ou se perfectionner en français

Ardoise et drapeau français

Le Québec étant une province francophone, il est nécessaire de parler le français autant pour la vie professionnelle que sociale. Il est donc recommandé aux personnes non francophones de prendre des cours de français avant leur arrivée au Québec, et au besoin, de se perfectionner une fois sur place.

Avant de partir

Des alliances françaises et certains instituts hors Québec ont signé des accords avec le ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion (MIDI) permettant aux personnes désireuses d’immigrer au Québec d’apprendre ou de perfectionner leur français et de découvrir des contenus québécois enseignés spécifiquement pour cette clientèle. Les personnes possédant un certificat de sélection du Québec (CSQ) peuvent se faire rembourser jusqu’à 1 500 $ CAN pour des cours de français pris avant leur départ.

Il existe aussi une série d’outils en ligne pour apprendre le français :

  • Banque d’exercices de français : elle s’adresse aux étudiants de français langue seconde de stade débutant, intermédiaire et avancé. Avant de commencer, faites le test d’évaluation du niveau de langue : cela vous permettra de travailler avec des exercices qui conviennent à votre niveau.
  • Francisation en ligne (FEL) : ces cours sont réservés aux personnes de plus de 16 ans et détentrices d’un certificat de sélection du Québec (CSQ).
  • Office québécois de la langue française (OQLF) : sur le site Internet, vous y trouverez des liens vers des exercices à faire en ligne.

Une fois au Québec : les cours de francisation

Une fois sur le sol québécois, vous aurez peut-être besoin de perfectionner votre compréhension et expression orale et écrite. Le ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion (MIDI) et ses organismes et établissements de formation partenaires disposent d’un important maillage de cours de français. Peu importe la région dans laquelle vous vous établissez, vous aurez toujours la possibilité de trouver des cours de français à temps complet ou partiel.

Où trouver ces cours de français ? Auprès des organismes communautaires, des commissions scolaires, des cégeps et des universités.

  • Les commissions scolaires, plus particulièrement au sein des centres d’éducation des adultes, offrent différentes formules de cours de francisation et d’alphabétisation, adaptés au niveau de chacun.
  • De nombreux organismes à but non lucratif, spécialisés dans l’accueil et l’accompagnement des immigrants, offrent des cours de français à Montréal et dans toutes les autres villes du Québec
  • Les cégeps sont au nombre de 19 dans tout le Québec à assurer des activités de francisation. Les immigrants inscrits aux cours de français sont des adultes pour lesquels l’emploi est au cœur de leurs préoccupations. Ainsi, certains cégeps sont tournés vers un apprentissage associant français et employabilité. Parmi les 19 cégeps, sept sont situés dans la région métropolitaine de Montréal où se réalise près de 60% du volume d’activité en francisation au collégial (source : Fédération des cégeps)
  • Vous pouvez aussi apprendre et perfectionner votre français au Québec dans les universités. Le MIDI a signé des ententes avec plusieurs universités (Université de Montréal, Université du Québec à Montréal, Université du Québec en Outaouais) pour donner des cours de francisation à temps plein ou à temps partiel. À noter aussi que les départements de la formation continue offrent des cours de langue, dont le français comme langue seconde. Il existe des formules différentes : cours du soir, cours intensifs, cours axés sur la communication orale ou écrite, etc.

Parmi l’ensemble de cette offre, certains cours sont spécialisés sur un domaine d’activités pour les personnes désireuses de parfaire leur langage professionnel (administration, droit et affaires, santé, ingénierie, etc.).

Sous certains critères, il est possible de bénéficier d’une aide financière.

Pour connaître les programmes, lieux et horaires de cours, consultez le site du MIDI

Les écoles de langue sont nombreuses à Montréal. Vous pourrez y apprendre le français mais aussi d’autres langues (anglais, espagnol, etc.). Les cours sont payants. Renseignez-vous directement auprès des écoles.

La francisation en entreprise

Sachez également que votre employeur peut obtenir un soutien pour mettre en place des classes de français dans son entreprise. De plus, diverses formules de cours sont offertes aux entreprises pour franciser leurs employés immigrants qui ne parlent pas ou qui parlent peu français. À certaines conditions, les cours sont gratuits pour les entreprises. Dans le cadre de la Stratégie commune d’intervention pour Montréal, Emploi-Québec et le ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion (MIDI) assument les coûts de ces cours, selon la formule choisie, et en assurent l’organisation avec la collaboration de nombreux partenaires sur l’île de Montréal, notamment pour les entreprises de moins de 50 employés.

Le programme Explore : pour apprendre le français ou l’anglais

Grâce à ce programme, vous pourriez peut-être obtenir une bourse vous permettant de suivre des cours de langue seconde (anglais ou français) en classe d’immersion dans un établissement d’enseignement agréé durant 5 semaines pendant le printemps ou l’été. Les cours vont de niveau débutant à avancé. L’apprentissage y est intensif : cours toute la journée, plus activités sociales et culturelles le jour ou en soirée. Les 4000 bourses attribuées chaque année par tirage au sort sont d’un montant de 2000 $ CAN chacune et couvrent les droits de scolarité, le matériel pédagogique, l’hébergement et les repas. Il existe plusieurs critères d’admissibilité. Pour en savoir plus, cliquez ici.

Autres pages sur le même thème
Une démarche ancrée dans la vie professionnelle

Le retour aux études : une habitude de vie

Au Québec, il est d’usage de permettre aux adultes de continuer à se former tout au long de la vie professionnelle. Les Québécois jugent l’apprentissage nécessaire pour évoluer avec les transformations de la société : développement des connaissances techniques, changements des technologies, nouvelles professions…

Un retour aux études permet aux travailleurs de s’adapter aux nouvelles réalités du monde contemporain. Dès lors, la formation continue fait partie de l’univers du travail. Les employeurs sont nombreux à l’encourager, conscients des bienfaits qu’ils en retireront avec une équipe plus performante, et à accepter de prendre en charge financièrement certaines formations et/ou d’adapter les horaires de travail pour faciliter l’acquisition de compétences manquantes ou nouvelles.

Au Québec, sont donc valorisés l’apprentissage de nouvelles habilités acquises lors d’une reprise d’études ou au cours d’une formation, et le développement des compétences et des connaissances acquises grâce à l’expérience professionnelle.

À savoir : les entreprises dont la masse salariale annuelle est de plus d’un million de dollars doivent investir, au cours de l’année, au moins 1% de cette masse salariale dans des activités de formation pour le personnel. De plus en plus, d’autre entreprises, non assujetties à cette loi favorisent la formation de leurs employés.

À moins que votre employeur ne prenne en charge les frais de formation, il vous faudra débourser une somme d’argent, qui varie selon le type de formation et le niveau d’enseignement, pour retourner aux études à temps plein ou à temps partiel. Renseignez-vous auprès d’Emploi-Québec, du ministère auquel l’établissement est rattaché ou de l’établissement d’enseignement directement, si vous pouvez être admissible à une aide financière ou une bourse d’études, lorsque vous retournez aux études à temps plein.

Pourquoi reprendre des études ou une formation ?

Le retour aux études peut prendre différents noms, surtout en fonction du niveau d’enseignement. Au niveau secondaire, on parle généralement d’éducation des adultes. Au niveau collégial, le terme le plus souvent utilisé est celui de formation continue, tout comme au niveau universitaire. Enfin, le terme d’éducation permanente est présent au niveau universitaire, mais de façon plus limitée. Qu’importe son nom, le retour aux études à l’âge adulte s’adresse aux personnes de 16 ans et plus.

Pour s’inscrire à un programme ou une formation dans le cadre d’un retour aux études, il faut généralement avoir le statut de résident permanent.

En tant que nouvel arrivant, il sera peut-être nécessaire de mettre à niveau vos connaissances au regard du contexte québécois. D’un pays à un autre, les méthodes de travail, les techniques et technologies utilisées ne sont pas forcément les mêmes. N’hésitez pas à suivre une formation : elle vous permettra ensuite de démarrer plus vite sur le marché de l’emploi.

Si vous exercez une profession ou un métier réglementé, une formation ou un stage sera certainement obligatoire. Par la suite, pour continuer à évoluer professionnellement, vous perfectionner ou en cas de réorientation de carrière, la formation tout au long de votre vie devra faire partie de vos habitudes.

Secondaire, collèges, universités : où reprendre ses études ?

Le retour aux études peut s’effectuer dans différents établissements en fonction du programme que vous souhaitez poursuivre et surtout des objectifs que vous vous êtes fixés.

Les établissements du secteur secondaire, les centres d’éducation des adultes, les centres de formation professionnelle, les cégeps, les collèges privés, les universités et autres institutions scolaires offrent tous des programmes permettant aux adultes d’acquérir de nouvelles connaissances, par le biais de sessions à temps complet ou à temps partiel, avec des horaires flexibles, des cours en soirée et des sessions courtes. Consultez la section de leur site Internet dédiée à la formation continue : elle vous donnera toutes les informations utiles sur les programmes proposés aux adultes. La formation à distance, par le biais d’Internet, est également développée.

Il est important de s’ouvrir à l’ensemble des formations proposées par tous les établissements d’enseignement. À titre d’exemple, si vous êtes titulaire d’un diplôme universitaire de votre pays d’origine et que vous ne trouvez votre domaine, votre retour aux études ne s’effectuera peut-être pas à l’université, mais plutôt au cégep pour obtenir une formation technique dans une profession en forte demande de main-d’œuvre.

La ligne Info Apprendre : pour vous guider dans votre choix

La ligne Info Apprendre est un service gratuit, confidentiel et bilingue d’aide et de référence, pour toute personne souhaitant compléter une formation, allant de la formation de base à l’obtention d’un diplôme d’études supérieures. Le numéro à appeler : 1 888 488-3888

Formation en milieu de travail

Des dispositifs de formation continue sont disponibles en entreprise.