Votre média pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec, Canada

Variant OMICRON : Ce que vous devez savoir avant d’entrer (ou revenir) au Canada

Publié le 10 décembre 2021

Alors que l’on entame le dernier virage avant le temps des fêtes, l’arrivée du variant OMICRON vient à nouveau perturber l’entrée sur le territoire canadien, par voie aérienne aussi bien que terrestre. Pour éviter les déconvenues à la frontière, voici l’état de la situation pour les résidents comme pour les visiteurs.

Mis à jour le 17 décembre 2021 - L’évolution de la pandémie et l’apparition du variant OMICRON juste avant les fêtes ont été vécues comme une douche froide pour beaucoup de voyageurs au Québec, qui avaient prévu de passer des vacances dans le Sud, après bientôt deux ans de sacrifices pour certains. Or, si les frontières canadiennes restent ouvertes et vont permettre aux gens de voyager, des mesures sanitaires particulières font leur grand retour au moment d’entrer ou revenir sur le territoire.

Sans surprise, les mesures applicables à votre arrivée (ou celle de vos proches) dépendent toujours du facteur vaccination — avec quelques subtilités à connaître impérativement.

Les scénarii sont multiples et les mesures en vigueur très volatiles. Par conséquent, faites la simulation sur le site du gouvernement du Canada.

Qui peut entrer au Canada et à quelles conditions ?

Les citoyens, résidents permanents, personnes inscrites au titre de la Loi sur les Indiens

Ces personnes peuvent entrer au Canada, qu’elles soient vaccinées ou non, à condition de présenter un test PCR négatif avant d’embarquer à bord de leur avion (puis à la frontière canadienne).

Dans le cas contraire, elles ne seront tout simplement pas admises à prendre leur vol.

Les mesures particulières qui ajoutaient un niveau de complexité supplémentaire pour les personnes qui arrivent au Canada en provenance des 10 pays suivants (Botswana, Égypte, Eswatini, Lesotho, Malawi, Mozambique, Namibie, Nigeria, Afrique du Sud et Zimbabwe) seront quant à elles levées dès les 19 décembre. Ces voyageurs seront désormais soumis aux mêmes règles que les autres.

Quant aux voyageurs arrivant des États-Unis, les conditions d’entrée restent inchangées.

ATTENTION : Les enfants non vaccinés de moins de 12 ans doivent se soumettre à une quarantaine à leur arrivée au Canada. Ils ne peuvent donc pas aller à l’école, à un camp de jour ou à une garderie pendant 14 jours.

Les ressortissants étrangers

Seuls les ressortissants étrangers adéquatement vaccinés et ayant obtenu un résultat négatif à un test de dépistage de la COVID-19 sont autorisés à embarquer et à entrer au Canada dans les mêmes conditions que les citoyens canadiens — y compris pour un simple voyage d’agrément.

À une condition, toutefois : celle de n’avoir ni visité ni transité par les pays faisant l’objet de restrictions temporaires d’entrée (voir la liste ci-dessus) au cours des 14 jours qui précèdent leur arrivée au Canada.

Les personnes non vaccinées ne peuvent, par conséquent, pas entrer au Canada, à l’exception notable des travailleurs étrangers temporaires et des étudiants étrangers inscrits dans un établissement d’enseignement désigné ayant un plan d’intervention immédiate en réponse à la COVID-19 approuvé par la province. Ces personnes peuvent encore pour un temps être admises sur le territoire, dès lors qu’elles ne présentent pas de symptômes de la COVID-19.

Mais cela ne sera bientôt plus le cas. En effet, à compter du 15 janvier 2022, tous les ressortissants étrangers qui ne sont pas adéquatement vaccinés ne seront plus admis sur le territoire canadien, y compris les travailleurs temporaires et les étudiants étrangers. De rares exceptions subsistent, notamment pour les travailleurs des secteurs de l’agriculture et de l’agroalimentaire et pour les nouveaux résidents permanents.

Généralisation progressive du test à l’arrivée

Comme nous l’avons déjà évoqué, l’obligation de fournir les résultats d’un test PCR passé moins de 72 h avant le départ de votre destination reste naturellement en vigueur, pour tous les voyageurs. Ce qui change, essentiellement, c’est le test de dépistage à l’arrivée au Canada.

Auparavant, le test à l’arrivée était mené de façon aléatoire sur environ 25 % des passagers entrants. À présent, le gouvernement entend à nouveau soumettre progressivement tous les voyageurs entrants à un test, dès leur arrivée, en tenant compte de la capacité des aéroports. Il s’agit, en effet, de réduire les situations de proximité excessive entre un grand nombre de voyageurs qui attendent de se faire tester après leur passage en douanes.

Les personnes vaccinées en provenance de tous les pays (hors États-Unis) devront s’isoler le temps de recevoir le résultat du test passé à l’arrivée. Si le résultat est négatif, l’isolement s’achève. Si le résultat est positif, l’isolement se poursuit pour une période de 10 jours.

Quant aux personnes non vaccinées ou partiellement vaccinées autorisées à entrer au Canada, elles ont l’obligation de présenter un résultat négatif à un test de moins de 72 heures, se soumettre à des tests à leur arrivée au Canada (jour 1), ainsi qu’au jour 8 suivant leur arrivée, et se placer en quarantaine pour 14 jours.

 

Mise à jour des vaccins approuvés

Depuis le 30 novembre 2021, 3 nouveaux vaccins sont approuvés par le Canada :

  • Sinopharm,
  • Sinovac, et
  • COVAXIN.

Ils s’ajoutent aux précédents :

  • Pfizer/BioNTech,
  • Moderna,
  • AstraZeneca, et
  • Janssen/Johnson & Johnson.

 

Fin des dispenses de test préalablement à l’entrée au Canada !

Depuis le 30 novembre 2021, les personnes autorisées à entrer au Canada et adéquatement vaccinées qui traversent la frontière canadienne pour de courts séjours de 72 heures et moins étaient exemptées de test de dépistage à leur retour. Ce ne sera plus le cas à compter de mardi 21 décembre 2021. À cette date, tous les voyageurs, devront se soumettre à un test de dépistage dans le pays visité, avant leur retour au Canada, y compris pour les courts séjours.

Dans tous les cas, même dans le cas d’exemption de test à l’entrée, vous devez renseigner votre situation dans l’application ArriveCAN — y compris pour cocher « NON » quand on vous demande si vous avez une preuve de test négatif.

Lundi 6 décembre 2021, le ministre fédéral de la Sécurité publique, Mario Mendicino, a demandé officiellement aux services frontaliers de permettre aux voyageurs ayant oublié ou été dans l’incapacité d’utiliser ArriveCAN de fournir leurs informations de voyage par tout moyen. Cette demande faisait suite à plusieurs cas de personnes parties pour moins de 72 heures, parfois juste la journée, qui s’étaient vus imposer des quarantaines de 14 jours à leur retour au pays, faute d’avoir pensé à renseigner ArriveCAN.

En dépit de la demande du ministre, tous les voyageurs sont donc avisés de passer par ArriveCAN, pour tous leurs déplacements à l’extérieur du Canada.

Auteur : Basile Moratille
Responsable des publications et des contenus éditoriaux, Immigrant Québec et Immigrant Québec Pro
Autres actualités
Travailleurs étrangers temporaires : Quand l’autonomie passe par la formation

Pour diminuer la vulnérabilité des travailleurs étrangers, en particulier agricoles, des organismes leur proposent des formations pratiques pour les aider dans leurs démarches.

Un accompagnement personnalisé des travailleurs étrangers temporaires

Offrir un accompagnement personnalisé et cibler certaines catégories particulières d’employés : voici deux façons de soutenir les travailleurs étrangers temporaires et de protéger leurs droits.