En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins d’analyse et de statistiques visant à améliorer le contenu du site et votre expérience En savoir plus
Logo color
Toutes les informations pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec (Canada)

Publié le 13 décembre 2018

L’épicerie ethnique à Montréal : retrouver les saveurs de chez soi (et d’ailleurs)

épicerie ethnique montréal marché

Peu importe son pays d’origine : Montréal est une ville qui se mange, où chacun trouvera à assouvir ses goûts les plus délicats. Des produits de son pays d’origine ou d’ailleurs que l’on est heureux de trouver toute l’année et sur la qualité desquels on ne saurait transiger, particulièrement durant le temps des fêtes. Pour la peine, on vous offre un tour du monde des principales épiceries ethniques de Montréal, dont vous ne pourrez plus vous passer !

C’est l’un des premiers réflexes du nouvel arrivant au Québec : chercher – et trouver – les goûts, les parfums et les saveurs de chez soi. Quel immigrant n’a jamais éprouvé ce sentiment de satisfaction devant un produit ou un plat que jamais il ne pensait trouver ici ? Certes, il est toujours rassurant de savoir où contenter sa nostalgie alimentaire – mais il est aussi bon de s’avoir qu’il est possible de goûter de tout et partout. Encore faut-il savoir où se rendre…

Du côté de l’Europe continentale

Pourvoyeuse d’une immigration ancienne et de grande tradition culinaire, l’Europe bénéficie d’une belle représentation de commerces spécialisés, souvent historiques, et qui ne restent pas longtemps ignorés des nouveaux-arrivants.

Nous commencerons bien sûr par la France, dont beaucoup de produits se trouvent désormais assez facilement dans des enseignes comme La Vieille Europe, sur le Plateau, chez Gourmet Laurier, à la Boucherie du Marché (Jean-Talon) ou à la Boucherie de Tours(Marché Atwater). Les amateurs de charcuterie maison, de fromages et autres plats cuisiné et produits d’épicerie fine se rendront à La Maison du Rôti, une institution depuis 1969, tandis que les inconditionnels de pains, baguettes de tradition et autres viennoiseries auront l’embarras du choix entre les chaînes (Première Moisson, Mamie Clafoutis) et les artisans de quartier (le Paltoquet à Outremont, Automne à Rosemont ou encore les Bretons de Kouign-Amann au Plateau-Mont-Royal, pour n’en citer que trois).

  • La Vieille Europe : 3855 boulevard Saint-Laurent, Montréal
  • Gourmet Laurier : 1032 avenue Laurier Ouest, Montréal
  • Boucherie du Marché : 224 place du Marché-du-Nord, Montréal
  • Boucherie de Tours : 138 Marché Atwater #8, Montréal
  • La Maison du Rôti : 1969 Avenue du Mont-Royal Est, Montréal
  • Première Moisson : Plusieurs adresses à Montréal
  • Mamie Clafoutis : Plusieurs adresses à Montréal
  • Le Paltoquet : 1464 avenue Van Horne, Outremont
  • Automne Boulangerie : 6500 avenue Christophe-Colomb, Montréal
  • Au Kouign-Amann : 322 Avenue du Mont-Royal Est, Montréal

L’Europe du Sud est également fort bien représentée, l’Italie en tête ! On ne présente plus laFruiterie Milano qui est, on l’aura compris, bien plus qu’une fruiterie. C’est ici que l’on viendra s’approvisionner en provolone et en mozzarella di Bufala Campana, en pâtes fraîches (alimentaires et à pizza) maison, en charcuteries et autres condiments. Incontournable. Plus intimiste et familiale, la Drogheria Fine vous offre sauces tomates, champignons à la crème et autres lasagnes en barquette préparés sur place, ou encore, à Notre-Dame-de-Grâce, Pasta Casareccia, un restaurant-épicerie, temple de la viande froide, du fromage et bien sûr de la pâte fraîche. Autre temple de cette spécialité familiale : la Casa dei Ravioli, qui se décrit comme un « laboratoire de fabrication de pâtes artisanales ». Pour le dessert, un seul endroit : la Pasticceria Alati-Caserta, derrière le marché Jean-Talon. Le paradis du cannoli et autres douceurs.

  • Milano Fruiterie : 6862 boulevard Saint-Laurent, Montréal
  • Drogheria Fine : 68 avenue Fairmount Ouest, Montréal
  • Pasta Casareccia : 5849 rue Sherbrooke Ouest, Montréal
  • Casa dei Ravioli : 2479 avenue Charland, Montréal
  • Pasticceria Alati-Caserta : 277 rue Dante, Montréal

Le Portugal a lui aussi des arguments à la hauteur de sa communauté immigrante, qui ne se limitent pas aux seules rôtisseries. Des affaires souvent familiales, à l’image de la Boucherie Épicerie Soares & Fils, ou encore le Marché SA et Fils, deux institutions du Plateau, au cœur du quartier portugais historique. D’autres adresses plus récentes, comme Cantinho de Lisboa, permettent de s’offrir quelques spécialités lusitaniens, conserves, fromages, charcuteries et autres produits boulangers, au premier rang desquels la fameuse pasteis de nata.

  • Boucherie Épicerie Soares & Fils : 130 avenue Duluth, Montréal
  • Marché SA et Fils : 4701 rue Saint-Urbain, Montréal
  • Cantinho de Lisboa : 356 rue Saint-Paul Montréal

L’Espagne et la Grèce ne sont pas en reste, elles non plus. L’épicerie L’Española est le rendez-vous des amoureux de manchego, jambons ibériques Serrano ou de Bellota, de turron et autre massepain – et même de soubressade, pour les connaisseurs. Quant aux épiceries grecques, elles sont quelques-unes à tenir le haut du pavé, comme le Mourelatos, dans le quartier Lasalle, ou encore les chaînes de produits méditerranéens Marché PA, qui dispose de plusieurs adresse dans la métropole.

  • L’Española : 3811 boulevard Saint-Laurent, Montréal
  • Mourelatos : 1855 avenue O'Brien, Saint-Laurent
  • Marché PA : Plusieurs adresses à Montréal

Enfin, ce tour d’Europe ne serait pas complet sans un arrêt à l’Est du continent. Roumanie, Hongrie ou encore Russie sont ici à l’honneur, dans un festival de charcuteries et viandes, pains, gâteaux et autres spécialités n’attendent plus que vous !

  • Bourret-Deli : 5771 avenue Victoria, Montréal
  • Bucarest : 4670 boulevard Décarie, Montréal
  • Charcuterie hongroise : 3843 boulevard Saint-Laurent, Montréal
  • Slovenia Salaison : 3653 boulevard Saint-Laurent, Montréal
  • Pâtisserie Vatra : 4524 rue Bélanger, Montréal
  • Épicerie boulangerie pâtisserie russe Vova : 3055 boulevard LaSalle, Verdun

Voyage en Afrique et au Moyen-Orient

Les amateurs de saveurs moyen-orientales seront servis. Et si le quartier Jean-Talon a abrite le Petit-Maghreb et son lot de commerces, dont le formidable marché-traiteur L’Olivier et ses produits d’importation, alimentaire ou cosmétique est un incontournable, les adresses d’épiceries spécialisées sont nombreuses. L’enseigne la plus répandue est sans doute la chaîne de magasins Adonis. Et si les résidents de Ville Saint-Laurent ont la chance d'avoir à proximité l'épicerie Byblos, certains suggèrent que la palme de la variété et du choix revient au supermarché des frères Akhavan, qui disposent de deux magasins à Montréal et à Pierrefonds. Côté pâtisseries, on pourra se régaler aux comptoirs d’Al-Bohsali, à celui d’Al Shahroura ou encore d’Andalos. Ce dernier compte d’ailleurs un petit marché où faire le plein de ses produits préférés.

  • Marché L’Olivier : 234 rue Jean-Talon Est, Montréal
  • Adonis : Plusieurs adresses à Montréal
  • Supermarché Byblos : 175 boulevard de la Côte-Vertu, Saint-Laurent
  • Supermarché Akhavan : 6170 rue Sherbrooke Ouest, Montréal
  • Al-Bohsali : 1631 Boulevard Daniel-Johnson
  • Al Shahroura : 740 Boulevard Côte-Vertu Ouest, Saint-Laurent
  • Andalos : 350 Boulevard Lebeau, Saint-Laurent

L’Afrique, et en particulier le Congo, a elle aussi ses rendez-vous gourmands. Parmi les principaux, citons notamment le Marché Botindadans Hochelaga, et Le Baobabdans le quartier Côte-des-Neiges.

  • Marché Botinda : 4054 Rue Sainte-Catherine E, Montréal
  • Baobab : 5190-A Chemin de la Côte-des-Neiges, Montréal

Trésors d’Inde et d’Asie

Nous poursuivons notre voyage des épiceries ethniques en Inde et au Bangladesh, deux pays particulièrement représentés dans le quartier du Mile-Ex. Deux adresses s’imposent à tous ceux qui cherchent à s’approvisionner en riz, légumes, épices, encens et autres produits traditionnels : la remarquable Épicerie Dhillon Brothers et Kiruba, l’un des seuls endroits au Québec à vendre de la feuille de bétel, la chique d’Asie (attention aux dents rouges !).

  • Épicerie Dhillon Brothers : 775 rue Jean-Talon Ouest, Montréal
  • Kiruba : 7244 rue Saint-Hubert, Montréal

De son côté, la communauté asiatique peut s’appuyer sur un réseau de commerces de bouche aussi riche que varié. On retrouvera les délices venus de Chine à plusieurs adresses, dans et en dehors du quartier chinois. Les Marchés FuTai et G&D sont souvent de bons points de départ. Kim Phat dispose, quant à lui, de plusieurs adresses à Montréal et la petite boutique de création de bouchées vapeurs La Maison de Mademoiselle Dumpling offre aussi un petit espace d’épicerie asiatique. Quant au sucré, une seule adresse : Harmonie, au cœur du Quartier chinois.

  • Marché G&D : 1006 boulevard Saint-Laurent, Montréal
  • Marché FuTai : 6700 chemin de la Côte-des-Neiges, Montréal
  • Kim Phat : Deux adresses à Montréal-Nord et Verdun
  • La Maison de Mademoiselle Dumpling : 6381 rue Saint-Hubert, Montréal
  • Pâtisserie Harmonie : 85 rue de la Gauchetière Ouest, Montréal

Mais que les amoureux de gastronomies japonaise et coréenne se rassurent : ils trouveront leur bonheur d’algues, viandes, fruits, légumes, riz et snacks chez Jang Teu ou à la très exclusive épicerie Miyamoto, à Westmount. En prime, des enseignes comme Banzai 1.99 vous permettent d’équiper votre cuisine du nécessaire à la préparation de tous vos plats.

  • Jang Teu : 2109 rue Sainte-Catherine Ouest, Montréal
  • Miyamoto : 382 avenue Victoria, Montréal
  • Banzai 1.99 : 2120 boulevard Décarie, Montréal

De manière générale, on relève un grand nombre d’enseignes qui mettent à l’honneur les produits d’Asie, d’Hour Hong, à la réputation inversement proportionnelle à sa taille, jusqu’aux véritables supermarchés de type Inter-Asia, Eden, Hawaï (qui organise ses rayons par type de cuisine).

  • Épicerie Hour Hong : 6976 rue Saint-Denis, Montréal
  • Marché oriental St-Denis : 7101 rue Saint-Denis, Montréal
  • Marché Hawaï : 9204 boulevard Pie IX, Montréal
  • Marché Eden : 3575 avenue du Parc, Montréal
  • Marché Inter-Asia : 4335 rue Wellington, Verdun

Pour finir, une enseigne incontournable, même si elle n’est pas propre à l’Asie : Sami Fruits, (1505 rue Legendre Ouest, Montréal et autres adresses dans la région), où l’on pourra trouver les spécimens d’importation les plus rares, au meilleur prix.

Retour aux Amériques par les Caraïbes

Tous les plats et mets du monde ne sauraient nous faire oublier l’essentiel : nous sommes ici en Amérique et il est impossible de s’y tromper. On commence avec les Caraïbes, un destination prisée des Québécois en hiver. L’importante communauté haïtienne de Montréal est à l’origine de nombreux commerces aussi exotiques que goûteux. Sur Pie-IX, le Marché haïtien est un incontournable, même si l’on optera volontiers pour le Marché Méli-Mélo, dans Villeray, pour s’approvisionner en épices et assaisonnements créoles.

Sami Fruits, toujours lui, propose des légumes et fruits importés d’Haïti, comme la mangue francique d’Haïti, de la menthe pour le thé et la courge. Quant à la petite épicerie fine Aux caprices de tous, elle pourrait vous surprendre par son incroyable variété de produits d’importation.

  • Marché haïtien : 9151 Boulevard Pie-IX, Montréal
  • Marché Méli-Mélo : 640 Rue Jarry E, Montréal
  • Aux Caprices de tous : 195 boulevard de la Concorde Est, Laval

De retour sur le continent, on s’attarde au Mexique. À l’épicerie restaurant El Rey del Taco, au marché Jean-Talon, on se régale en toute simplicité de spécialités préparées sur place : tortillas, salsas et autres plats traiteurs. Quant au vrais amateurs, ils prendront leur mal en patience et devront attendre la fin de semaine pour faire le plein de nachos et autres guacamoles à la Tortilleria Maya, de l’avis de certains parmi les plus frais et délicieux de Montréal.

  • El Rey del Taco : 232 rue Jean-Talon Est, Montréal
  • Tortilleria Maya : 7016 avenue Casgrain, Montréal

On poursuit notre périple sud-américain avec le célébrissime Sabor Latino, un marché pan-américain qui a récemment déménagé son enseigne principale sur la rue Saint-Hubert (la seconde se trouvant au 4387 boulevard Saint-Laurent). Quant aux personnes d’origine colombienne, elles se fournissent généralement du côté de Saint-Léonard, à l’épicerie Ricuras Colombianas, qui dispose d’un service traiteur à toute épreuve avec ses arepas et autres plats à base d’arracacha et de yuca.

  • Sabor Latino : 6955 rue Saint-Hubert et 4387 boulevard Saint-Laurent, Montréal
  • Ricuras Colombianas : 5250 rue Jean-Talon Est, Montréal

Enfin, disons un mot sur le Brésil, qui nous offrent quelques adresses, et non des moindres. On retiendra notamment la géniale et bien-aimée boucherie Alim-Pôt, sur le Plateau-Mont-Royal, où la communauté fait le plein à bon prix de ce que le pays fait de mieux. Pour finir sur une note sucrée, impossible de parler du Brésil sans mentionner Dulce Paradise, une enseigne tout droit sortie de l’imaginaire d’une immigrante brésilienne passionnée, initiée à la pâtisserie par sa grand-mère.

  • Alim-Pôt : 20 rue Roy Est, Montréal
  • Dulce Paradise : 4945 chemin de la Côte-des-Neiges, Montréal

En bonus, évidemment… le Québec ! Vous pourrez découvrir les saveurs de la province et ses trésors régionaux ou d’importation dans certaines épiceries spécialisées, comme le Marché des Saveurs du Québec, du côté du marché Jean-Talon, ou encore chez Latina et ses produits frais de la mer, ses fromages primés et autres viandes et charcuteries d’exception, qui dispose de deux adresses gourmandes dans le Mile End et au centre ville. Et que les amateurs de fromages du Québec et d'ailleurs se rassurent : les échoppes ne manquent pas, au premier rang desquelles la fameuse Fromagerie Hamel, qui dispose de cinq adresses sur l'île de Montréal (dont deux aux marchés Jean-Talon et Atwater et une sur l'avenue du Mot-Royal) et deux dans la grande région métropolitaine. Quant aux bières de microbrasserie du Québec, de nombreuses échoppes se feront un plaisir de vous conseiller, de Peluso à Malthéops, en passant par les Délires du Terroir, pour ne citer qu'elles !

  • Marché des Saveurs du Québec : 280 place du Marché-du-Nord, Montréal
  • Latina : 185 rue Saint-Viateur Ouest et 1434 rue Sherbrooke Ouest, Montréal
  • Fromagerie Hamel : plusieurs adresses à Montréal, à Boucherville et à Repentigny
  • Peluso : 2500 rue Rachel Est et 251 rue Beaubien Est, Montréal
  • Les Délires du Terroir : 6406 rue Saint-Hubert, Montréal
  • Malthéops : 4871 rue Wellington, Verdun

Voilà de quoi vous outiller contre la nostalgie – et pour la découverte des cultures multiples qui cohabitent autour de vous !

Afa4e347 7162 4a9b 9519 f8f5052dbcaa

Auteur : Stephanie Dupuis

Journaliste, photojournaliste et vidéaste indépendante dans les domaines de la culture et de société, Stéphanie collabore notamment aux cahiers Arts et Pause de La Presse, au Journal des voisins, à Ludwig van Montréal et à Radio-Canada. Elle est récipiendaire 2017 du prix de journalisme Lizette-Gervais dans la catégorie Internet/multimédia.

Autres conseils d'experts

3debe392 a955 4b80 9e70 cbabb8073256

C’est la hantise de beaucoup de Québécois en hiver : déneiger sa voiture et dégager sa place de stationnement après une nuit de tempête, avant de prendre le chemin de l’école ou du travail. S’il est difficile de couper à cette séance de sport imposée, il existe des astuces qui épargneront votre corps… et votre temps. En voici quelques-unes !

Lundi matin. L’émerveillement du manteau blanc immaculé qui orne la rue, la cour et les branches des arbres environnants est de courte durée. Le sourire attendri que vous affichez est presque instantanément dissipé par une douloureuse perspective : celle de devoir débarrer votre char du banc de neige qui l’emprisonne au point de n’en plus laisser voir que l’antenne de radio et le bout des essuie-glace, que vous prenez toujours la peine de relever en hiver. Reste que vos voisins s’affairent déjà à l’ouvrage et que vous êtes là, à contempler une autre perspective : celle d’arriver en retard au travail.

Beaucoup de techniques ont été mises au point pour s’épargner au maximum les désagréments d’auto en hiver. Ceux qui sont familiers du Grand Nord canadien ont forcément été sensibilisés à certaines pratiques peu orthodoxes, comme laisser tourner le moteur de son véhicule (quand on fait son épicerie, par exemple), protéger le ventilateur en attachant une planche de bois, carton ou plastique à la calandre ou encore l’habitude, tous les matins, de tirer un câble électrique de la maison et de la brancher à la batterie pour démarrer — ce qui explique la prise électrique que l’on voit souvent pendre sur le côté du capot. À Montréal et ailleurs au sud de la rivière Saguenay, on en vient rarement à ces extrémités. Mais on n’en a pas moins développé un certain savoir-faire dans l’art de libérer son auto du pergélisol, dès lors qu’on n’est pas en mesure d’aménager devant chez soi une de ces tentes-garages éphémères, que l’on voit pousser dès la fin de l’automne.

Déneiger son auto en 5 étapes

Avant...

Première chose à savoir : l’article 498.1 du Code de sécurité routière du Québec stipule que « nul ne peut circuler avec un véhicule couvert de neige, de glace ou de toute autre matière pouvant s’en détacher et susceptible de présenter un danger pour les usagers de la route. » Déneiger sa voiture relève ainsi de l’obligation légale. Contrevenir à cette dernière peut non seulement vous coûter cher, cela est également susceptible de mettre en danger la vie d’autrui. Pensez donc à dégager le pare-brise et la lunette arrière, les feux avant et arrière, les roues et les rétroviseurs - et vous n’oublierez ni le capot, ni le toit du véhicule, eux aussi soumis à fortes contraventions. Prenons les choses par étapes, à la façon des Montréalais !

Pour commencer, munissez-vous d’un balai-brosse ou mieux, d’un balai à manche classique, et libérez l’accès au siège conducteur. Mettez le contact et allumez le dégivrage, puissance maximum. Fermez la porte. Toujours au balai, terminez de déblayer le véhicule et travaillez les finitions à la raclette en cas de givre sur les vitres. La neige est fraîche et devrait tomber à terre sans faire de résistance. Votre auto est dégagée, ne reste que le banc de neige dans lequel elle est enchâssée, une partie plus impressionnante que difficile — tant que l’on a une pelle. Entamez cette étape par le damage, à la pelle et au pied, d’une courte zone devant et derrière de la voiture, puis ouvrez une brèche dans le banc de neige sur toute la moitié avant de la voiture. Vous devriez avoir la place de manœuvrer. Le secret pour sortir sa voiture d’un banc de neige, c’est la douceur. Patiner ne vous mènera nulle part. Commencez par des petits mouvements marche avant et arrière en tournant le volant au fur et à mesure, pour finir de damer la zone. Puis braquez et sortez doucement de la place. Le tour est joué.

Aujourd’hui, vous vous en tirez à bon compte. Vous savez qu’il y a pire que de la neige fraîche et que, un jour ou l’autre, c’est sous une couche de glace que vous retrouverez votre véhicule. Mais, là encore, quelques techniques existent qui vont vous simplifier le travail.

Lutter efficacement contre la glace

Après.

Rien de pire qu’une bordée de neige ? Si. La pluie verglaçante qui couvre votre voiture d’une pellicule plus ou moins épaisse de glace pure, que l’on ne s’imagine pouvoir enlever qu’à coups de masse — et donc au prix d’un rendez-vous salé chez le carrossier. La raclette à givre vous semble alors bien dérisoire. Mais rassurez-vous : il existe des remèdes naturels assez simples pour lutter contre cet indésirable, de manière à la fois préventive et curative. Et non, l’usage d’un seau d’eau chaude n’en fait pas partie, au contraire : le choc thermique risquerait de briser vos vitres.

Les amateurs de prévisions météorologiques auront pris soin, en amont des précipitations, de bâcher les vitres de leur auto. Les inconditionnels des solutions naturelles pourront essayer de frotter les surfaces vitrées de leur véhicule à l’aide d’une pomme de terre ou d’un oignon coupé(e) en deux, ou encore de pulvériser dessus un mélange de vinaigre blanc et d’eau. Ceux qui, au contraire, se seront laissés surprendre, pourront se rabattre sur le tampon au gros sel trempé dans de l’eau tiède, ou encore sur un autre mélange à pulvériser qui a fait ses preuves, composé de 2/3 d’alcool isopropolyque (ou « à friction ») et d’1/3 d’eau, auquel on pourra ajouter une dose de liquide vaisselle.

Comme précédemment, veillez à retirer le plus de glace possible de votre véhicule, en n’oubliant sous aucun prétexte les phares (inopérants sinon) et les rétroviseurs, et en vous assurant de l’état de vos pneus.

Si vous êtes surpris par une pluie verglaçante alors que vous êtes sur la route, en particulier de nuit, arrêtez-vous régulièrement sur les aires de repos pour retirer les excédents de glace sur le pare-brise et surtout pour libérer les phares avant et arrière. C’est dans ce genre de cas certes extrêmes, mais loin d’être inhabituels que l’on est heureux de disposer en permanence dans sa voiture de certains équipements.

Bonus : Les indispensables à avoir avec soi quand on prend la route

La sécurité routière en hiver tient à bien plus que de bons pneus neige et des habiletés de conduite. Elle requiert de la part de chaque conducteur un certain niveau d’équipement pour affronter les écueils que la nature placera sur votre route.

Au rang des indispensables, veillez bien à partir le réservoir plein de liquide lave-vitre. En cas de doute, achetez-en un bidon pour quelques dollars dans toutes les stations essence. Les propriétés antigel de ce liquide vous assureront une bonne visibilité sur la route, au moins dans la zone couverte par les essuie-glace. Autre indispensable, bien sûr, le grattoir-balayette, qui au Québec est doté d’une taille proportionnelle aux chutes de neige dont la province peut être témoin. Si vous louez une voiture, assurez-vous de la présence de cet outil (généralement placé dans le coffre ou sous les sièges avant), ou demandez-en une à votre agence de location avant de partir, sans surcoût. Enfin, ayez toujours avec vous un câble de charge pour votre téléphone mobile, afin d’être en tout temps en mesure d’appeler des services de dépannage ou d’ambulance sur la route, pour vous ou pour un autre automobiliste.

Concernant l’équipement facultatif, mais conseillé pour les automobilistes qui s’apprêtent à prendre la route, citons notamment une pelle à neige, qui peut s’avérer bien utile dans certaines régions rurales. Il existe des modèles escamotables peu encombrants. Autre équipement simple à avoir avec soi : un pulvérisateur de notre fameux mélange anti-glace d’alcool isopropolyque et d’eau. Pour finir, et sans tomber dans le catastrophisme (à nouveau, tout peut arriver sur la route), un kit léger de survie peut vous sauver la vie, notamment si vous restez coincé plusieurs heures dans votre véhicule par gros temps. Parmi les essentiels, mentionnons un nécessaire de premiers soins, une couverture de survie (par voyageur), de la nourriture (sèche, par exemple) et bien sûr de l’eau.

Dans tous les cas, renseignez-vous systématiquement sur les prévisions météorologiques avant de prendre une route que vous aurez pris soin de baliser, elle aussi.

Publié le : 07 janvier 2019

6ad9f51a fdb8 4343 ac8d 913167d47716
Profitons de l'approche du temps des fêtes et de tous les bons moments à venir pour nous familiariser avec l’un des vocabulaires les plus utiles de l’année  !

Publié le : 11 décembre 2018