En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins d’analyse et de statistiques visant à améliorer le contenu du site et votre expérience En savoir plus
Toutes les informations pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec (Canada)

Obtenir le permis de conduire québécois

En tant que nouvel arrivant, votre permis étranger vous permet normalement de conduire sur les routes du Québec pendant les six mois qui suivent votre arrivée sur le territoire. Passé ce délai, vous devez être détenteur d’un permis de conduire international. Il vous autorise à conduire jusqu’à expiration de sa date de validité (trois ans généralement). Attention toutefois, la demande du permis international ne peut se faire qu’à partir du pays où vous avez obtenu votre permis de conduire. Pensez bien à cela si vous êtes encore dans vos préparatifs d’immigration.

Le changement de permis en quatre étapes

Si vous décidez de vous installer durablement dans la province (plus de 6 mois), le plus simple est de demander un permis du Québec dès votre arrivée. L’échange du permis se fait en différentes étapes :

1. Vous devez d’abord prendre un rendez-vous auprès de la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ). C’est à ce bureau que vous aurez à faire pour toutes les démarches liées à votre permis québécois. Pour ce faire, composez l’un des numéros suivants :

  • Région de Montréal : +1 514 954-7771
  • Ailleurs (Québec, Canada, États-Unis) : +1 888 356-6616

2. Une fois le rendez-vous fixé, il faut vous assurer d’avoir tous les documents nécessaires en main :

  • votre permis étranger,
  • une preuve de droit de séjour ou de résidence au Canada,
  • une preuve d’installation au Québec,
  • une preuve que vous résidiez dans le pays qui vous a délivré votre permis si vous l’avez obtenu depuis moins de 3 ans,
  • une traduction de votre permis de conduire si ce dernier est rédigé dans une autre langue que le français ou l’anglais.

3. En fonction du pays de délivrance de votre permis de conduire, vous êtes susceptible de devoir passer différents examens théoriques et pratiques. Vous devrez une nouvelle fois prendre rendez-vous avec la SAAQ pour fixer les dates de ces examens.

Toutefois, dans le cadre d’une entente internationale de reconnaissance du permis de conduire, les ressortissants d’une dizaine de pays sont exemptés de ces tests.

4. Une fois les tests passés, il ne vous reste plus qu’à payer les frais d’échange du permis.

Un permis de conduire payant ?

Au Québec, le permis de conduire est renouvelable tous les 4 ou 8 ans. Mais il est surtout payant, sur une base annuelle : vous devez ainsi payer des droits à la date de votre anniversaire. Si cette situation peut surprendre, elle s’explique avant tout par le mode de fonctionnement des assurances dans la province. Au Québec, l’assurance automobile est en effet une responsabilité partagée :

  • les assurances privées sont responsables de l’indemnisation pour les dommages matériels et corporels infligés à une personne tierce, dans le cas d’un accident ;
  • le gouvernement, via la SAAQ, est responsable des dommages corporels reçus par le détenteur du permis, au Québec et à l’étranger, que celui-ci soit responsable ou non de l'accident.

C’est pour financer ce régime public d’indemnisation que les conducteurs doivent payer une contribution d’assurance lors du renouvellement de leur permis de conduire. En clair, ce n’est pas le permis en soi qui est payant, mais les cotisations d’assurance.

Le coût du renouvellement se compose donc de la contribution d’assurance, des frais de dossiers et des droits payés au ministère des Finances. Attention, la part versée à l’assurance sera plus élevée en fonction du nombre de points d’inaptitudes inscrits sur votre dossier de conduite. Par exemple, une personne qui n’a aucun point d’inaptitude devra s’acquitter de 84,69 $ CAN (hors frais éventuels de photo) pour renouveler son permis en 2019, et jusqu’à 414,45 $ CAN si le détenteur du permis a 15 points d’inaptitude ou plus.

Une fois en possession de votre permis de conduire québécois, vous ne pourrez plus utiliser votre permis de conduire précédent, même si vous rentrez temporairement ou définitivement dans votre pays d’origine.

Les permis deux-roues

Il existe deux types de permis deux-roues : le permis cyclomoteur et le permis moto.

Le permis cyclomoteur concerne les deux-roues automatiques de 50 cm3 maximum et dont la vitesse est limitée à 70 km/h. Vous pouvez librement conduire ce type de véhicules si vous êtes déjà titulaire d’un permis de conduire automobile. Sinon, vous devrez suivre un cours théorique et pratique d’une durée de 6 heures et réussir un examen (théorique) ainsi qu’un test visuel. Le coût du permis cyclo est de 28,40 $ CAN par an.

Le permis moto couvre en réalité trois classes, en fonction de la cylindrée de votre véhicule : jusqu’à 125 cm3, jusqu’à 400 cm3 et enfin toutes les motos, sans limitation de cylindrée. Si vous êtes déjà titulaire d’un permis moto dans votre pays d’origine, les mêmes conditions d’échange s’appliquent que pour le permis automobile. Dans le cas contraire, vous devrez vous soumettre à un examen théorique et deux pratiques, et suivre une formation. Le coût du permis moto est plus élevé que celui du permis automobile : 91,73 $ CAN par an sans points d’inaptitude, et jusqu’à 511,90 $ CAN pour 15 points et plus.

Des tarifs ajustés sont proposés pour les détenteurs d’un permis auto et moto : de 153,72 $ CAN à 527,09 $ CAN.

Les motos à trois roues font l’objet d’une règlementation à part et font l’objet d’un permis qui leur est propre. En outre, vous devez également détenir un permis automobile. Le coût de ce permis est identique à celui des motos.

Pour finir, notez que le coût du permis de conduire ne comprend, bien sûr, ni les frais d’immatriculation, ni les assurances du véhicule.

Autres pages sur le même thème

Sur les routes québécoises, les principales règles de sécurité concernent le port de la ceinture, les sièges auto, la vitesse et bien sûr l'alcool.
Il existe au moins 4 façons simples et populaires d'accéder à l'automobile au Québec : l'achat, la location, l'autopartage et le covoiturage.